Menu

25 févr. 2011

autour de l'exposition" Angola figure de pouvoir"




Musée Dapper

Du 10 novembre 2010 au 10 Juillet 2011


Sous la direction de C. FALGAYRETTES-LEVEAU
Avec la collaboration scientifique de B. WASTIAU



Une exposition magistrale où sont exceptionnellement réunies des pièces dispersées dans le monde entier .
Chokwe, Kongo, Lwena, Lwimbi, Mwila, Ovimbundu…ont donné naissance à des arts de cour prestigieux comme à des pratiques artistiques élaborées, liées aux cultes rendus aux ancêtres
La richesse culturelle et le raffinement sculptural de ses artefacts saute au yeux mais notre interêt à connaitre la relation entre l'objet lui même et la société qui l'a produite .

Voir Dossier de presse du Musée Dapper

Clic sur les photos pour les agrandir







Chibinda Ilunga héros mythique

honoré en tant que héros civilisateur,
les chefs Chokwe importants se considéraient comme ses descendants.



Les masques



Masques Chokwe
destinés aux rites et aux cérémonies du PWO ,
masques féminins qui incarne un modele du role féminin
mais qui sont portés par des danseurs homme





Les Minkissi Kongo
Receptacles de pouvoirs benefiques ou malefiques
qui par leur Bilongo ou charge magique permêt au Nanga
de guerir ses patients



les femmes


les sièges



pipes et tabatières

les peignes


les poteries



les Himbas





Du 10 novembre au 10 juillet 2011
Musée Dapper
33 bis, rue Paul Valéry – 75116
Tél. 01 45 00 91 75
www.dapper.com.fr


Les Musées qui ont contribué à cette expositon

activez les liens


Histoire de La reine Ginga par Michel Chandeigne sur france culture : Une reine et des Dieux

La reine Ginga et les Jaga , mercenaires et guerriers redoutables

La Reine Ginga ou Nzingha (1582-1663) était une véritable guerrière, une meneuse d’hommes.

Connue comme chef politique visionnaire, Ginga s’est complètement consacrée au mouvement de la résistance. Les anciens affirment qu’elle possédait la dureté masculine et le charme féminin. Sa mort le 17 décembre 1663 a ouvert les portes au commerce massif d’esclaves par les Portugais. De Ginga, il reste une rue à Luanda qui porte son nom et une marque de café. De le la période esclavagiste subsiste un musée : le musée des esclaves, situé à 32 km de Luanda, à Benfica. Erigé sur la pointe d’une colline, ceinturée d’eau, le musée veille sur la mémoire collective.

C’est de là que partaient les bateaux chargés d’esclaves en direction des Amériques

Aucun commentaire: