Menu

9 déc. 2008

Les Statues Deble Sénoufo

A l'occasion de la dernière vente de Drouot , dans la collection Durand- Barrère cette belle statue Senoufo fut figurait parmi les pièces maitresses de la vente .

Statue féminine deble Senoufo Côte d'Ivoire, région de Korhogo

Bois dur, patine d'usage ancienne Accidents et manques
Hauteur : 115 cm




Pilon de danse pour les rituels de la société initiatique du Poro.Femme debout, les pieds à l'origine reposant sur une haute base cylindrique aujourd'hui en partie disparue
.La tête dolichocéphale au visage projeté en avant porte une coiffe en casque cimier symbolisant un animal doté de pouvoirs magiques : un caméléon.
Le visage concave en cœur est finement sculpté : les oreilles décollées, le front bombé, les sourcils arqués, les yeux clos, soulignés de scarifications obliques ; le nez long est légèrement recourbé, la bouche proéminente semble sourire.La lèvre inférieure porte un labret en applique sur le menton.Le cou long cylindrique émerge des épaules larges entre les seins pointus, le torse est élancé, épannelé à l'abdomen proéminent. Les bras servant de prise sont écartés du buste ; les mains puissantes, schématisées, sont posées au pubis.Le sexe est délicatement incisé.Au dos est sculpté en aplat le sillon vertébral ; les hanches s'évasent sur le fessier en pomme. Les jambes ont les cuisses longues.La statue est décorée de belles scarifications aux joues et au maxillaire inférieur, et à l'abdomen où elles dessinent de part et d'autre de l'ombilic un beau motif étoilé à quatre branches. Des bracelets sont sculptés aux bras et aux poignets, un pagne strié ceint les hanches.La surface du bois est érodée à de nombreux endroits, la matière semblant presque fossilisée par l'ancienneté.De par sa construction et sa finesse, cette statue deble compte au nombre des œuvres majeures de l'art Senoufo.

Les Sénoufo


Les Senoufo, répartis entre le nord de la Côte d'Ivoire, le Mali et le Burkina Faso, sont un peuple d'agriculteurs. Au cours des siècles, ils ont développé un art raffiné, au symbolisme lié à la terre et à la fécondité.Le monde Senoufo est régi par l'importante société initiatique du Poro, associant les rites de passage et l'enseignement ésotérique, dispensés de l'enfance à l'adolescence, puis à l'âge adulte, en trois longs cycles de sept ans chacun.


Les deble diminutif de madeble qui signifie Esprit

Ici, comme souvent en Afrique, la sculpture est l'apanage de la caste des forgerons, maîtres de la matière. Ce sont eux qui réalisaient les masques et les statues, et tout particulièrement les deble, utilisés pour rythmer et scander les danses cérémonielles funéraires en frappant le sol d'un espace sacré, le martèlement de la terre étant destiné à chasser les mauvais esprits. Les deble masculins représentent les Fodombele, membres de la caste des forgerons ; les sculptures féminines représentent leurs épouses : les potières, elles, souvent représentées tenant une boule d'argile dans la main.

A l'occasion des funérailles, les deble sont utilisés quatre fois : à l'entrée de la maison du défunt le soir du décès, à l'inhumation, le lendemain, et lors du sacrifice qui clôt la cérémonie des funérailles.

Une autre utilisation du deble concerne le rite de passage des jeunes impétrants du Poro. Lors de cette cérémonie, les initiés sont disposés en ligne, chacun tenant des deux mains un deble dont il frappe en rythme le sol, invoquant en langue secrète l'âme des défunts, réfugiée au cœur des ténèbres dans les entrailles de la terre, pour s'en attirer la bienveillance.La majeure partie des deble connus sont sortis dans les années 50-60, du pays Senoufo, à la suite des ravages iconoclastes causés par les campagnes d'évangélisation d'une nouvelle secte d'origine malienne, le Massa (Holas, L'art Senoufo, pages 26, 27, 176). Sous son impulsion un nombre considérable de sculptures fut livré aux flammes ; quelques-unes en réchappèrent qui parvinrent ainsi dans les collections publiques et privées.
Extrait du site Auction.fr
Photos de l'auteur

Aucun commentaire: