Menu

9 déc. 2007

Les Poids à peser l'or chez les Akans


Les Akans sont un groupe communautaire subdivisé en plusieurs sous-groupes dont les Baoulés, les Ashantis, les Agnis, les Fantis, les Ebriés qui vivent dans le sud-Est de la Côte d'Ivoire, le Sud-Ouest du Ghana et le Sud du Togo

Les Poids furent créés au XIIIème siècle et ont subsisté juqu'au XIXème siècle

On trouve des poids non figuratifs (objets de forme géométrique), des poids figuratifs (objets anthropomorphe, zoomorphe, etc) et des poids dans la société (objets usuels sous formes de cuillère à café, de barrettes, de bagues, de boucles d'oreilles).

Les poids akans à peser l'or, savamment étudiés par le Pr NIANGORAN-BOUAH G.
(L'univers akan des poids à peser l'or, Paris, 3 volumes), rendent compte d'un système qui a joué très souvent, hormis sa fonction première de système pondéral, les fonctions d'alphabet, de proverbes, de dictons, de devises que les initiés akans savaient bien décrypter.

le système monétaire akan : le rôle des "poids" et de l'or"

Il ne s’agit pas d’un système pondéral au sens occidental du mot, mais d’un système monétaire qui fonctionne avec des poids spéciaux, des « poids-monnaies ».

. Les Akan appelaient la monnaie, l’or fractionné, Sikama et le prix Sika yoboè ou Sikaboè. Les figurines étaient donc des « poids-monnaies » et la vraie monnaie la poudre d’or. Les figurines jouaient le rôle de monnaie étalon et la poudre d’or jouait le rôle de monnaie de substitution.

un système ingenieux

Les marchands akan utilisaient dans leurs échanges des poids mâles forts et des poids femelles faibles. Les deux avaient le même aspect dans la série des poids, mais l’un était le modèle réduit de l’autre.
La différence entre le poids mâle pour acheter et le poids femelle pour vendre constituait le bénéfice du marchand. Le bénéfice est égal à la figurine mâle d’achat moins la figurine femelle de vente.

Les Akan avaient une nette conscience du profit qu’ils tiraient du commerce avec les Européens. Dire qu’ils étaient dupés donnant de la poudre d’or contre des marchandises de moindre valeur est un avis tout à fait relatif.

C’est l’importance de l’or dans l’imaginaire européen qui a fait croire que les Européens faisaient de bien meilleurs affaires que les Akan, alors qu’il n’en est rien

en savoir plus :

site espagnol


clic sur image


1 commentaire:

Dominique ANTERION a dit…

Fort beau site. Et passionnant commentaire sur les poids akan. La Monnaie de Paris en possède un bel ensemble qui a été exposé un an durant. Au plaisir et merci pour ce blog +++
dominique antérion
http://dominiqueanterion.blogspot.com/